6 mars 2009

Crinoline (3) - de 1860 à 1866


De 1860 à 1866 : Comme pour la femme, le costume des enfants se simplifie, s'allège en ornementation. Les petites filles portent des robes plus simples, souvent en une seule pièce, soit à plis, soit de ligne princesse – c'est-à-dire taillée d'une seule pièce devant avec le corsage. Cette jupe ajustée à la taille va s'élargissant, à panneaux, évasée, ou en forme.

▲à g. : Mademoiselle Ehrler, par Louis Antoine Léon Riesener, 1861,
Musée du Petit Palais, Paris sur Agence photo de la Réunion des musées nationaux RMN
à dr. : Robe de laine rose ornée de rubans, vers 1860-1875,
The Metropolitan Museum of Art

▲à g. : Petite fille, par Héloïse Leloir, vers 1860, Musée Galliéra
à dr. : Planche de La Mode illustrée, jeune fille en robe d'été (détail), 1865, Musée Galliéra

▼ci-dessous : chemisette pour fillette, vers 1860-1869,
The Metropolitan Museum of Arts, New York

Les robes sont ornées seulement d'une soutache, d'un galon ou d'une dentelle posée à plat. La crinoline est très ample. Jusque vers 1863, le pantalon large dépasse un petit peu de la robe.

▲à g. : Petite fille en pied tenant une poupée par Achille Bonnuit, vers 1865,
Musée d'Orsay, Paris, sur Agence photo de la Réunion des musées nationaux RMN
à dr. : Robe en piqué de coton imprimé, ornée d'une dentelle appliquée, vers 1861-1865,
The Roman Baths Museum, Bath

▲à g. : Robe de soie bleue ornée d'un ruban de velours noir, vers 1855,
Victoria & Albert Museum, Londres
à dr. : Arrivée du couple impérial chez M. le Sénateur Comte Mimerel à Roubaix le 29 août 1867 (détail)
par Claude Jacquand, 1867,
Château de Compiègne sur Agence photo de la Réunion des musées nationaux RMN

▲à g. : La princesse Beatrice of Battenberg, photographie carte de visite de Hills & Saunders (détail), 1864,
National Portrait Gallery, Londres
à dr. : Modes de Londres (détail), 1863

Les ensembles jupes boléros sont portés aussi par les petits garçons. Mantelets vagues, capes et basquines servent de manteaux.

▲à g. : Ensemble en piqué de coton orné d'une soutache, vers 1860, Musée Galliéra
à dr. : Portrait de Elinore Rendel, photographie carte de visite de Howard Bourne & Sheperd, 1864,
National Portrait Gallery, Londres

Les chapeaux ne copient plus les capotes des femmes, ils sont souvent ovales, à large calotte peu élevée, garnis de plumes et de rubans. Les cheveux tirés en arrière sont rassemblés en catogan sur la nuque, et tenus dans un filet.

▲à g. : Costumes de ville (détail), gouache par Héloïse Leloir, 1864, Musée Galliéra
à dr. : La princesse Beatrice de Battenberg, photographie carte de visite de W&D Downey (détail), 1866,
National Portrait Gallery, Londres
au centre : chapeau de paille, vers 1867-1869,
The Metropolitan Museum of Art, New York


(à suivre : La crinoline de 1866 à 1869)

4 commentaires:

  1. Bonjour,

    Bravo pour ton blog, c'est vrai qu'on ne parle pas beaucoup de mode enfantine, merci de développer ce sujet avec talent et rigueur. C'est un vrai bonheur de découvrir ces toilettes de petites filles. Tu as fait un travail de recherches iconographiques très pointu, c'est vraiment admirable.
    Je viens de te mettre dans ma liste de blog. J'aime beaucoup ta façon de parler de mode, à la fois historique, stylistique et artistique. C'est vraiment très intéressant.

    Bonne continuation. À très vite pour un nouvel article :)

    RépondreSupprimer
  2. Les Petites Mains11 mars 2009 à 09:58

    Un grand merci pour ces encouragements enthousiastes. Je suis contente de voir que tu as saisi mon intention d'initier à la mode enfantine, à la fois de façon concrète (objets de musées), circonstanciée (le contexte historique) et sensible (représentations artistiques). J'essaie de le dire le plus possible par l'image, mais le texte est aussi parfois nécessaire. Il me reste maintenant à trouver mes lecteurs ! Aussi j'apprécie ton aide via le lien depuis ton blog.

    RépondreSupprimer
  3. Un petit coucou de MIMIE.

    C'est, en effet, un bon début car je suppose que d'autre articles vont suivre dans la foulée.

    Comme les enfants, j'aime beaucoup les illustrations !

    A bientôt.

    RépondreSupprimer
  4. Les Petites Mains26 mars 2009 à 10:36

    Merci pour ce petit commentaire qui m'est passé inaperçu, aussi j'ai failli à mes devoirs d'hôtesse et ne vous ai pas répondu.

    Entre-temps, vous avez pu lire la totalité des articles sur la crinoline. J'ai même écrit un portrait fiction pour faire sentir des détails propres à l'époque du second Empire.

    Je suis comme vous, j'aime les images. Une image peut être très parlante. J'essaie de les choisir avec soin, pour qu'elles fassent sens, et pas seulement joli.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer